Une exposition grandiose et démesurée

Le 1er octobre 2021, les trois immenses portails en fibres de carbone, mesurant 21 mètres de haut, se sont ouverts sur Expo 2020 Dubaï!

Reportée d’un an en raison de la pandémie, cette exposition universelle et mondiale, ayant pour thème ‘’un monde d’opportunités’’, constitue un véritable laboratoire de création architecturale.

En plus des trois gigantesques pavillons thématiques sur la mobilité, le développement durable et les opportunités, 192 pays y présentent leur pavillon. Le tout gravitant autour d’un dôme doré qui, avec ses 250 projecteurs, forme la plus grande surface de projection au monde, abritant une scène hautement technologique pour les réceptions protocolaires et les spectacles.

Au minimum trois jours de visite est nécessaire pour appréhender le meilleur de ce site grand comme 600 terrains de football où, cinq ans auparavant, n’était qu’un désert!

Statistiques – visiteurs

Dès le premier mois d’ouverture, 2,5 millions de visiteurs ont franchi les tourniquets et plus de 100 000 enfants des écoles publiques avoisinantes en ont profité. À ce jour, au 27 décembre 2021, c’est un peu plus de huit millions de visiteurs qui se sont rendus sur le site de l’Expo 2020 et 37 millions de visiteurs virtuels.

Attractions

Selon un article paru sur Internet en septembre 2021 :

« Parmi les attractions attendues : les basketteurs chicagoans de Harlem Globetrotters et un robot panda chinois. Les amateurs de voyages futuristes pourront visiter une cabine Hyperloop, tandis que les passionnés d’histoire auront l’occasion de voir un ancien sarcophage dans le pavillon égyptien. La Chine se vante d’avoir l’un des plus grands pavillons, en forme d’ampoule, alors que le Maroc a construit le sien en terre, faisant valoir des raisons environnementales. Les Néerlandais, eux, auront une pyramide recouverte de plantes comestibles et irriguée par de l’eau de pluie solaire.  De son côté, la France a envoyé la jeune entreprise française Flying Whales pour y être représentée. Seule start-up sélectionnée par les autorités françaises pour promouvoir des projets innovants dédiés à la mobilité, Flying Whales (la “Baleine volante“) présentera son projet de dirigeable conçu pour transporter des charges lourdes dans des endroits inaccessibles. »

Commentaires à la suite de la visite…

« J’ai fait un super voyage, mais je reste un peu sur mon appétit. J’aurais espéré qu’un tel déploiement de ressources servent un but un peu moins promotionnel, et beaucoup plus constructif. Cependant, certains pays, avec leur pavillon spectaculaire, remplissaient bien leur mission tout en répondant adéquatement à la thématique…

Pays et leur pavillon

Je pense, entre autres, à la Russie qui, avec son nid de neurones colorés, nous présente un spectacle multimédia époustouflant sur le fonctionnement et les possibilités du cerveau humain.

L’Espagne, plus sobre au niveau de l’extérieur de son pavillon, nous transporte dans une forêt enchantée qui nous amène à considérer l’importance du règne végétal pour notre planète.  Mention spéciale au restaurant de ce pavillon qui offre un menu authentique et succulent.

Les Émirats arabes unis, hôtes de l’Expo, se démarquent avec une structure inspirée du faucon, oiseau emblématique des Émirats avec ses 28 ailes mobiles, prouesse d’ingénierie et création de l’architecte Santiago Calatrava.

À l’intérieur, on intègre une caravane de nomades, transportés dans un désert reconstitué de dunes formées avec du sable provenant des sept émirats…tout simplement magique!

Plutôt révélateur de constater ce que les divers pays veulent mettre de l’avant. Le pavillon de l’Italie nous parle de beauté, avec une réplique grandeur nature du David de Michel-Ange trônant au milieu d’un écrin de bois inspiré des théâtres de la Renaissance, pour finir avec les objets iconiques du design italien.  Les États-Unis eux, nous parlent de liberté, en nous faisant tourner autour d’une réplique de la torche de la statue de la Liberté, pour finir avec la fusée Space X!

Coup de coeur

Mon coup de cœur va au pavillon du Maroc, qui marie le bois et les panneaux de béton évoquant le pisé (mélange de terre crue et de paille) qui nous présente ses artisans et ses producteurs de façon sensible et artistique.

Déception

Les trois pavillons thématiques sont énormes, mais ne présentent que très peu de contenu.

Ces derniers constituent des prouesses architecturales tant au niveau esthétique que technologique, mais les exhibits qui y sont présentés sont à mon avis du niveau deuxième cycle du primaire.

Pavillon de la femme

Il y a aussi un pavillon de la femme (commandité par Cartier), qui rend hommage à la contribution exceptionnelle des femmes dans divers domaines de la société. On ne peut que saluer l’initiative, mais, dans un pays où la religion incite au port du voile et où la politique légifère selon la charia, on peut se questionner sur les intentions réelles.

Programme de réserve alimentaire

Je m’en voudrais de passer sous silence le ‘’Food reserve program’’, une initiative visant à récupérer tous les surplus alimentaires du site et à les redistribuer dans les banques alimentaires des Émirats au moyen d’une logistique efficace et de logiciels de pointe. On estime à 197 kg/an/habitant le gaspillage alimentaire aux ÉAU. En comparaison, le Canada est à 140 kg/ménage selon Statistique Canada. C’est énorme et il faut féliciter les initiatives visant à réduire ces pertes parce que protéger la planète, c’est autre chose qu’arrêter de produire ou de consommer. Cependant, les points de vente de nourriture utilisent des couverts à usage unique, compostables, mais jetables.

Rassurons-nous, un audacieux plan de réutilisation de la majorité des bâtiments du site est prévu donc, une fois la manne touristique passée, tout ne sera pas perdu. Surtout qu’au moment d’écrire ces lignes, les Émirats arabes unis venaient de remporter la tenue de la prochaine conférence mondiale sur les changements climatiques.

En fait…

Ces grands événements sont le reflet de notre société. On la veut inclusive et égalitaire, mais on laisse encore beaucoup trop de place aux agressions et à l’exploitation.

Comme on dit en politique, les bottines ne suivent pas les babines… »

Exposition du 1er octobre 2021 au 31 mars 2022.