Le titre d’architecte est réservé aux seules personnes physiques inscrites au tableau de l’Ordre des architectes. Pourtant, le terme est souvent utilisé pour donner une plus-value, une certaine richesse à un objet ou une spécialité professionnelle.

Voici des exemples où, depuis plusieurs années, le terme « architecte » est utilisé sous plusieurs formes afin de rehausser l’image projetée :

Les spécialistes marketing l’ont compris : au-delà de la stratégie publicitaire,
il y a un fondement : la valeur ajoutée de l’architecte.

 

Quand on dit à quelqu’un qu’on est architecte, on obtient souvent le commentaire :
“J’aurais donc aimé ça faire ça!”

Ce dont j’ai besoin pour devenir architecte :

  • Être titulaire d’un baccalauréat en architecture (B.Arch.) de 3 ans et d’une maitrise professionnelle (M.Arch.) de 2 ans avec possibilité de maitrise complémentaire (scientifique M.Sc., design urbain)
  • Effectuer un stage auprès d’un architecte d’expérience pendant au moins 3 720 heures
  • Effectuer 40 heures de formation obligatoire à chaque cycle de deux ans de pratique
  • Passer l’examen (ExAC) d’admission pour accéder à son ordre professionnel
  • Être membre de l’Ordre des architectes du Québec – OAQ
    Source : https://www.oaq.com/devenir-architecte/etudes-stages-et-examen/etudes-stage-professionnel-et-examen-dadmission/

« Les architectes sont formés pour développer une vision de l’aménagement et du design qui prennent en compte les traditions et l’histoire du quartier. Ils sont formés pour étudier les besoins et l’environnement. Ils créent des plans de maison en prenant soin d’y intégrer des éléments reflétant le style de vie et les besoins des citoyens/clients. »
Source : https://www.renoassistance.ca/conseils/architecte-vs-technologue/

Mais, avant tout, devenir architecte requiert d’innombrables qualités dont, entre autres, l’imagination, la créativité, la rigueur, la précision, la volonté, le relationnel et savoir faire le bon équilibre entre toutes les parties concernées d’un projet.

 Qu’est-ce que fait un architecte?

  • Il conçoit et établit les plans de bâtiment;
  • Il coordonne l’ornementation et la structure du bâtiment, compte tenu des règlements et des styles locaux, et établit des dessins ou des maquettes pour donner une idée de l’apparence qu’il aura une fois achevé;
  • Il exerce la surveillance générale des travaux de construction;
  • Il confère avec le client pour déterminer le genre et le style de bâtiment désiré;
  • Il fournit des indications sur le coût et la durée des travaux, la conception, les matériaux et d’autres éléments pertinents;
  • Il dresse le plan des détails de construction et le cahier des charges et établit d’autres spécifications à l’intention des entrepreneurs;
  • Il procède à des inspections pour s’assurer que le bâtiment est édifié de façon conforme au cahier des charges.

 

La loi sur les architectes

Une personne ne peut pas se nommer architecte sans être membre de l’Ordre des architectes du Québec et sans se rattacher et se conformer à la loi sur les architectes.

La première loi datait des années 70 et, pour ceux qui s’en souviennent, imposait le recours à un architecte lorsque le coût des travaux excédait 100 000 $. On s’entend que 30 ans plus tard, ce seuil de 100 000 $ n’était plus trop d’actualité.

Une nouvelle loi a donc été instaurée en 2000, établissant le seuil à 300 mètres carrés de superficie de plancher, 2 étages ou 4 logements pour l’obligation de recourir à un architecte plutôt qu’à d’autres professionnels du bâtiment. L’habitation unifamiliale était alors non règlementée.

Pour faire suite à de nombreuses discussions entre l’ordre des technologues et l’ordre des architectes, la loi actuelle fut adoptée en septembre 2020, avec des dispositions plus précises, et une limitation de 600 mètres carrés pour les unifamiliales.

  

Voici l’extrait de la nouvelle loi sur les architectes 

Nouvelle loi sur les architectes (2020) – l’OAQ Ordre des architectes du Québec.
La Loi sur les architectes a fait l’objet d’importantes modifications entrées en vigueur le 24 septembre 2020, date de l’adoption et de la sanction par l’Assemblée nationale du Québec du projet de loi no 29, Loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions notamment dans le domaine buccodentaire et celui des sciences appliquées.

La nouvelle loi sur les architectes définit ce qu’est l’exercice de l’architecture. Elle remplit ainsi un vide important par rapport à l’ancienne loi, qui ne prévoyait aucune définition à cet égard.

Nouveau texte de loi :

  1. L’exercice de l’architecture consiste à exercer une activité d’analyse, de conception ou de conseil appliquée à la construction, à l’agrandissement ou à la modification d’un bâtiment en ce qui a trait à son implantation, à son enveloppe, à son aménagement intérieur ainsi qu’aux matériaux et aux méthodes, afin que le bâtiment soit durable, fonctionnel et harmonieux.

Il consiste également à exercer une activité de coordination du travail des personnes qui, dans le cadre de travaux d’architecture, participent à la construction, à l’agrandissement ou à la modification d’un bâtiment.

Le respect de l’environnement et de la vie, la protection des biens, la pérennité du patrimoine et l’efficacité économique font partie de l’exercice de l’architecture dans la mesure où ils sont liés aux activités professionnelles de l’architecte.

De plus, la surveillance des travaux fait désormais partie des activités réservées des architectes; c’est là un des changements majeurs de la nouvelle loi. Il est important de noter que la surveillance des travaux ne devient pas pour autant obligatoire. Par contre, si elle a lieu, elle doit obligatoirement être effectuée par un architecte.

L’application de la Loi quant aux bâtiments agricoles a été modifiée.

Obligation de partage d’activités réservées avec des technologues professionnels.

Les personnes désignées dans l’ancienne loi sous le titre d’enquêteur et qui agissent au nom de l’OAQ portent désormais le titre de vérificateur. En plus d’avoir le droit de se rendre sur les chantiers, ces personnes peuvent désormais prendre des photos, exiger des renseignements ou requérir qu’on leur prête assistance afin de vérifier l’application de la loi.

Les vérificateurs ne peuvent être poursuivis en raison d’un acte accompli dans le cadre de leurs fonctions, et une entrave à leur travail est maintenant considérée comme une infraction au Code des professions.

Source : https://www.oaq.com/devoirs-de-larchitecte/reglementation/nouvelle-loi-sur-les-architectes-2020/

 

Dans le doute, vaut mieux valider avec un architecte pour s’assurer de ne pas avoir à recommencer des plans deux fois, ce qui entraine des coûts et des délais importants, et surtout beaucoup de mécontentement!